MANUEL DE SECOURS pour Vénérable Maître... très seul en Loge

Cette charge n'est pas toujours un long fleuve tranquille

Chercher la Lumière ou réduire ses parts d'ombre

Chercher la Lumière ou réduire ses parts d'ombre

Tous les Francs-maçons se gaussent de chercher la lumière ! Cela dure depuis 4 siècles. Il serait quand même temps de rétablir la vérité afin qu’un des nôtres trouve au minimum l’interrupteur. Il est inhumain de laisser des Sœurs et des Frères dans les ténèbres aussi longtemps.

Avant de partager avec vous mon point de vue (très éclairé ça va de soi), j’aimerais faire une remarque. Vous avez très certainement quelques anciens maçons dans votre entourage. Vous savez ces anciens qui vous font négligemment remarquer qu’ils ont acquis les 33 degrés et qu’ils sont au sommet. Je vous propose une expérience quasi scientifique. Réunissez dans une même pièce 50 de ces vieux sages qui tutoient les cimes. Faites un bref discours sans intérêts pour l’expérience en question, puis annoncez ensuite que le buffet est à leur disposition au fond de la salle.

Vous verrez alors une horde d’affamés se jeter comme des sauvages sur les petits fours, telle une nuée de mouches sur un camembert de 7 jours. Une sorte de Black Friday maçonnique en quelques sortes.

Essayez, vous verrez, ça marche à tous les coups. Alors la question qui se pose. Ont-ils reçu la Lumière pour être aussi instinctivement spontanés dès qu’on sert un truc à grignoter ? Est-ce que la Lumière ouvrirait l’appétit ou est-ce que les 33 degrés n’ont aucune influence sur les bas instincts ? En résumé, est-ce qu’un sage avec 30 ans de pratique devient juste une sorte de profane avec quelques manières en plus ?  

En fait, j’ai longuement réfléchi et sans réponse précise, j’ai à nouveau sollicité ce vieux maçon dont je vous ai déjà parlé, vous savez, Monsieur Roger D.

Il m’a enfin éclairé. Il affirme qu’on dit chercher la Lumière, mais ce n’est pas vrai du tout (surtout, gardez cela pour vous, sinon je risque d’avoir la gorge tranchée, etc.). Il semblerait en réalité que le travail du maçon consiste uniquement à explorer ses parts de ténèbres pour révéler en lui la Lumière qui a toujours été là.

Fort de cette découverte, j’ai la nette impression que la maçonnerie est divisée en deux parties. Il a ceux qui s’agitent en cherchant la Lumière et les autres, ceux qui bossent sur le dedans avec quelques outils symboliques afin de dépoussiérer les zones d’ombre.

Je suis quand même très ennuyé car depuis toujours, à propos de la mort, mon père me disait que personne n’était revenu du paradis ou de l’enfer pour nous raconter ce qui s’y passe. Or, là, on voit nettement chez nos hauts gradés que la gourmandise ne s’apaise pas avec la sagesse. Et puis, on peut aussi parler de quelques anciens qui n’ont pas dompté leur égo. Je ne donnerai pas de nom, mais je me suis laissé dire qu’il existe même des anciens maçons très hauts gradés qui se battent pour occuper des charges pendant des décennies.

J’ai beau chercher et me questionner à propos de cette fameuse Lumière, je ne suis pas certain d’avoir plus de réponse quant à savoir si on la trouve un jour. Une chose est cependant certaine, à force de manger des petits fours et des gâteaux, nos 33ème degrés, eux finissent pour certains par ressembler à des ampoules. Je ne parle pas de la clarté, je parle juste de la forme.

 

Bonne soirée à bientôt