MANUEL DE SECOURS pour Vénérable Maître... très seul en Loge

Cette charge n'est pas toujours un long fleuve tranquille

Sautoir et décors sont ils des lests pour éviter l'envol ?

Sautoir et décors sont ils des lests pour éviter l'envol ?

Avez-vous déjà assisté à une cérémonie maçonnique très officielle ? Vous avez-vous vu tous ces personnages importants avec leurs jolis décors ? Je ne sais pas pour vous, mais moi je suis toujours très impressionné. Tous ces beaux messieurs avec des tissus bleus, jaunes, rouges… on se croirait à Rio en février pour le Carnaval. Les couleurs flamboient, les écoles présentent leurs artistes et leur spécialité. A celui qui saura le plus se faire remarquer, être le plus pertinent et surtout le plus remarquable.

Quelle chance nous avons nous en Franc-maçonnerie d’avoir autant de goût et de savoir la mettre en musique pour valoriser les dignitaires qui se dévouent pendant parfois des années pour défendre nos Grandes Loges.

Je ne vous parle que des costumes d’apparat, mais les titres sont du même tonneau.

Vous imaginez rentrer à la maison le soir et entendre vos enfants vous accueillir avec des « Soyez le bienvenu Très Puissant Souverain Grand Commandeur papa » ou encore votre épouse dans l’intimité de la chambre vous susurrer à l’oreille « Oh vous grand hiérophante, Très éclairé et Sublime Grand Dignitaire du Cinquième Ordre de la première étoile, auriez-vous l’amabilité de m’accorder une saillie ». Avouez que ça a quand même plus d’allure que le traditionnel « Bonsoir chéri, on monte c’est vendredi ? »

Reconnaissons que toutes nos courbettes, que certains nomment des salamalecs, sont des courtoisies pour apprendre à respecter l’ordre et le cadre. Une autre forme de porte basse pour nous apprendre l’humilité et surtout la soumission aux forces de la vie. Tout cela est louable et tant pis pour ceux qui ne le comprennent pas.

Il y a toutefois un problème et il est de taille. C’est lorsque les porteurs de décors en question un peu plus haut, s’identifient à leur fonction. Ben oui quoi, ce n’est pas une récompense ni une médaille pour services rendus. Cela se nomme une charge. C’est la preuve que c’est lourd à porter. Qu’il faut avoir les épaules larges. Qu’il faut avoir un grand cœur et surtout une humilité à toute épreuve pour ne pas avoir un double gonflement entre la tête et les chevilles.

C’est toujours marrant, enfin quand je dis marrant c’est une expression, de voir des micros Obédience de 3 Loges avec une organisation hiérarchique dignes de la présidence américaine. Enfin, je veux dire un truc ou il y plus de chefs que d’indiens quoi. Et on voit apparaitre le grand mamamouchi (généralement un gars qui a fait 3 faillites dans le civil, 2 divorces… et qui n’a pas beaucoup d’amis en dehors des Loges) arriver comme le roi soleil et sa cour. Et là tu n’as qu’une envie, c’est d’éclater de rire car lorsque tu vois le même gars en dehors sans ses guirlandes, il passerait entre la tapisserie et le mur tellement il tenait debout par ses bijoux et tentures transformées en costumes.

Le plus dur je dois vous l’avouer, c’est lorsque de jeunes Apprentis découvrent pour la première fois ce genre de mascarade. Parce que ce jour là, tu ne peux plus dire au gars qui vient de recevoir la Lumière qu’en haut il y a des  Frères et des Sœurs plein d’Amour et d’Humilité. Tu sais à ce moment là que c’est foutu, la FM vient de se discréditer.

Alors je vais vous confier un truc. Lorsque des Apprentis me demandent pourquoi ils mettent tous ces décors et tous ces bijoux, j’ai trouvé une phrase pour justifier tout cela. J’invente une petite histoire qui permet de préserver les petits qui ont encore toutes leurs chances de devenir des maçons simples et bons. Je réponds au petit jeune : « En fait, ceux que tu vois rentrer là, ils ont été atteint d’une maladie maçonnique qu’on nomme la cordonnite. Et si on met autant de poids sur leurs épaules avec ces décors c’est pour être certain qu’ils ne s’envoleront pas avant la fin de leur traitement. »

Bonne soirée à bientôt