MANUEL DE SECOURS pour Vénérable Maître... très seul en Loge

Cette charge n'est pas toujours un long fleuve tranquille

Les Temples sont-ils une cause de guerre entres Obédiences ?

Les Temples sont-ils une cause de guerre entres Obédiences ?

Nous savons tous que les maçons laissent les métaux à la porte du Temple. Tout le monde est d’accord sur l’intitulé, mais les Frères et Sœurs se divisent  sur la forme des métaux et surtout sur la position exacte de la porte.

Je me suis fait une petite réflexion que je voudrais partager avec vous. Un maçon américain célèbre répondant au nom de Marc Twain à dit un jour : « L'épargne est une magnifique réalité, spécialement quand nos parents l'ont pratiquée. » J’ai aussitôt pensé que nos Obédiences pratiquaient elles aussi l’épargne depuis très longtemps.  Je me suis donc dit : « Et si la maçonnerie était fortement influencée par les histoires de métaux ? ».  Il est évident qu’une Obédience de 500 membres qui paient chacun 300 €/an, il n’y a pas de quoi acheter un nouvel appartement aux Bahamas. Mais quand on parle 15, 20 ou 50 000 membres qui paient une part de capitation à la Grande Loge et une part à la Loge… qu’elle reverse bien souvent à la Grande Loge pour la location des Temples. Tout cet argent sert en général au financement et à l’entretien des locaux. Le pactole part donc garnir le trésor de la société immobilière[1].

J’ai soudainement compris que les maçons devaient payer presque exclusivement pour occuper l’espace sacré. Sinon notre pratique serait quasi gratuite et ouverte aux plus démunis, ceux qui en auraient certainement autant besoin de fraternité que les classes aisées. Comme quoi tout à un prix, même les autoroutes initiatiques possèdent des péages désormais.

On comprendra donc que pour pratiquer l’art royal, sans Temple point de salut ! Mais à qui appartiennent ces Temples ? Rares sont les groupements de Frères qui cassent leur petit cochon pour investir dans la pierre déjà taillée. Se sont donc les Obédiences qui dans leur grande mansuétude nous font cet honneur. Mais alors, la question qui se pose : « Les mètres carrés sacrés ne sont-ils pas un instrument de contrôle et de conquête ? » Je dois certainement faire du bien mauvais esprit pour imaginer de telles vilaineries tel qu’aurait dit Jacquouille le célèbre écuyer de Godefroy de Montmirail.  

Il reste quand même que dans bien des endroits en Gaule, de nombreuses Loges se sont vues délogées sous prétexte d’un manque de reconnaissance ou de légitimité. Il semblerait donc bien que le sacré à un prix et surtout beaucoup de valeur.

Dans le monde profane, la fortune des héritiers vient du testament de l’intéressé. Dans le monde sacré, il ne faut surtout pas qu’il meure, il est plus rentable vivant.

En parlant de cela il y a quelques jours avec un Frère. Ce dernier m’a fait une suggestion très amusante. Il m’a dit : « Les premières Loges se réunissaient dans des lieux publiques, des tavernes ou autres. Pourquoi ne pas recommencer ? » Il est vrai que face à la montée des prix des locations de salles de spectacles, un concept à vu le jour et devient de plus en plus populaire un peu partout dans le monde, il s’agit des concerts en appartement. Vous faites simplement jouer le groupe devant vos amis et vos voisins dans le salon. Je me demandais s’il ne serait pas judicieux de songer au même concept avec des Tenues maçonniques.

Il reste évident que pour les parisiens qui vivent dans 11 m2, il faudrait songer à se limiter à un triangle plutôt qu’une Loge ou alors il faudrait faire plusieurs séances comme au cinéma.

Ah on frappe à la porte, je vais vous laisser pour voir qui demande l’entrée…    

Bonne soirée à bientôt

 

 



[1] Un Frère éclairé sur ce sujet m’informe que la répartition est la suivante : 60% pour l’immobilier – 20 % pour les frais de représentation et les 20 % restants en dépenses diverses de fonctionnement.